AGIR POUR ETRE PLUS HEUREUX

On procrastine aussi sa vie 

Arrêter de subir pour être plus heureux

Lorsqu’une situation nous semble insatisfaisante, nous avons tendance à nous en plaindre puis à nous y enfermer. Souvent parce que nous ne savons pas comment la changer. Ou par peur du changement. Nous avons tendance à ressasser ce que nous ne voulons pas ou plus, sans trop nous questionner sur ce que nous voulons à la place.

Beaucoup d’entre nous souhaitent autre chose pour leur vie. Que ce soit dans le domaine personnel ou professionnel, nous voudrions que cela cesse. S’en plaindre finit par devenir une façon de s’en soulager momentanément, jusqu’à la prochaine fois.

« Je suis malheureux », « je voudrais qu’il change », « j’en ai marre de mon travail », « Cette situation m’épuise ». Or si nous voulons autre chose, nous ne savons pas pour autant ce que nous désirons. Quel véritable besoin se cache derrière ? Quelles décisions prendre ? Quelles actions mettre en place ? Sur quoi agir ? Et comment ?

Nous sommes donc plus souvent dans la plainte et le sentiment d’insatisfaction que dans la prise de décision ou l’action. Ainsi, nous voudrions être plus heureux quand nous nous sentons malheureux, avoir plus de chance, être mieux compris, avoir le choix…Passer d’un état à un autre sans comprendre ce qu’il est nécessaire de mettre en mouvement.

Se mettre en mouvement

Donc, nous focalisons sur la situation ou l’état déplaisant, ce qui empêche de dégager de possibles solutions. Cet état d’esprit nous pousse davantage à fuir la situation par des stratégies d’évitement qu’à chercher de véritables solutions.

Par ailleurs, les éternels poncifs dont on nous a rebattu les oreilles depuis notre enfance et ceux dont nous inonde l’environnement n’arrangent pas nos capacités à y voir clair. « On ne fait pas ce que l’on veut dans la vie », « trouver un bon travail de nos jours, c’est très dur », « tu as un emploi et c’est déjà bien », « l’amour c’est comme ça », « il faut faire des choix », etc…

En parallèle, si nous souhaitons voir une situation prendre fin, il n’est pas rare que nous redoutions, aussi, de perdre les quelques avantages que celle-ci nous apporte malgré tout.

Pourquoi ne pas identifier votre véritable besoin qui définira votre objectif ? Avec un objectif clair, il sera alors facile de mettre en place les actions nécessaires à sa réalisation.

En revanche, il faudra être vigilant et repérer vos contradictions, ce que l’on nomme la « dissonance cognitive » qui altère la cohérence et brouille la direction à prendre. On passe souvent beaucoup de temps à s’ajuster à nos contradictions plus qu’à les identifier et les évacuer.

Donner une direction

Afin de vous aider à trouver les moyens de modifier ce qui vous pèse, je vous propose d’aborder la situation problématique par les points suivants :

Comprendre son besoin

« Je suis malheureux », cela voudrait dire que « je voudrais être heureux » : de quoi ai-je besoin pour l’être ? Que puis-je mettre en place ? Cela dépend-il entièrement de moi ? Qui peut m’aider ?

Or être heureux est-il un objectif en soi ? N’est-il pas la direction strictement opposée à l’état dont on souffre ? Me suffit-il d’arrêter d’être malheureux pour devenir heureux ? Qu’est-ce qui permet à un individu de ressentir qu’il est heureux ? Cette conception du bonheur est subjective et chacun l’appréhende de façon différente.

Nous voyions donc, que derrière cet état insatisfaisant se cachent des besoins concrets à assouvir. C’est ce qu’il faudra découvrir. Que voulons- nous à la place ? Quelles actions entreprendre pour tendre vers autre chose ? Ces actions vont nous permettre de prendre la direction que mentalement nous évoquons comme « être heureux ».

La liste de ce qui changerait les choses

Vous allez peut- être découvrir que vous n’avez que des ajustements à opérer sur la situation pour la rendre à nouveau plaisante. A l’inverse, il se peut que vous deviez totalement l’éradiquer et faire autrement.

Ainsi, vous allez pouvoir lister, vos besoins, ce qu’il vous faudrait changer ou sur quoi agir pour transformer la situation radicalement ou partiellement. Pour cela, il est impératif de s’extirper de son sentiment de frustration ou d’insatisfaction qui pousse le mental à tourner en rond. Qu’est-ce que j’envisage pour moi-même ?

Si j’avais le pouvoir d’obtenir tout ce que je voulais, qu’est-ce que cela serait ? Avoir un emploi qui me plait, trouver l’amour, avoir de l’argent pour voyager ou me faire plaisir, etc… Ai-je besoin de la magie pour l’obtenir ou cela dépend-il de moi ? Que puis-je faire pour cela ?…

Vous avez donc trouvé grâce à cette liste, ce dont vous avez besoin pour agir sur la situation insatisfaisante !!

Identifier les moyens pour faire aboutir son objectif

Trouver un emploi, rencontrer l’amour, voyager plus, améliorer vos relations, prendre une décision, etc… Ce sont vos objectifs !!!

Vous allez me dire que la conjoncture économique actuelle n’est pas favorable à l’emploi. Vous avez raison et cependant, la perspective de trouver un emploi est-elle irréaliste ? Rencontrer une personne et la fréquenter durablement c’est compliqué surtout quand on ne rencontre jamais celle/celui qui nous correspond. Mais où la cherchons-nous ?

 Comment faire ?

Il est peut-être temps de remettre en question la méthode que vous utilisez ; Vous faire aider par quelqu’un de votre entourage qui en a la compétence ; Faire jouer votre réseau ; Travailler vos outils de recherche d’emploi et l’entretien ; Mettre à jour vos compétences ; Reprendre confiance en vous…

De même, il peut être difficile de faire des rencontres amoureuses. Quand on ne sort pas, que l’on ne fréquente que des amis en couple, que l’on ne fait partie d’aucun cercle, association ou club effectivement cela n’est pas gagné. De plus, pour s’assurer de rencontrer quelqu’un de compatible à minima, peut-être est-il bon de fréquenter des lieux répondant à nos valeurs, centres d’intérêt et goûts personnels.

Vous l’avez compris, ici nous parlons de se donner les moyens qui vont  permettre les bonnes conditions pour la réalisation de vos objectifs.

Donc par exemple : « Je serais plus heureux si je trouvais un emploi. J’ai donc besoin d’en chercher. Pour cela, je vais décider d’abandonner ce qui ne marche pas pour moi en la matière et recenser comment faire autrement. Je vais aussi m’aider des nouvelles techniques et méthodes de recherche d’emploi. Je vais chercher l’information pour le faire. Je vais également solliciter dans mon entourage les personnes compétentes et les relations utiles. J’ai peut-être également intérêt à être plus ouvert et en veille sur ce qui se passe dans mon environnement pour saisir des opportunités. De plus, Je vais changer mon état d’esprit pour voir davantage les opportunités qui s’offrent à moi que celles qui se referment. Trouver un emploi est-elle la condition nécessaire et suffisante à mon bonheur ?….»

vérifier les possibles bénéfices secondaires 

Il se peut que la situation pointée permette toutefois des avantages non négligeables. En effet, vous pouvez détester votre emploi et vous sentir malheureux tout en lui reconnaissant des avantages. Il vous permet des horaires idéalement flexibles, parfaits pour profiter de votre vie personnelle. Le bénéfice secondaire est cet avantage auquel il est difficile de renoncer. parfois indispensable. De ce fait, cela crée une contradiction inconsciente qui va saboter la décision d’agir et fausser son caractère impératif.

Vous allez donc essayer de voir quels avantages de la situation à changer sont importants au point que vous ne vouliez pas y renoncer. Cela permet de comprendre les raisons de vos échecs ou de votre inaction. Vous allez donc en tenir compte dans vos recherches d’emploi, pour conserver l’avantage. Chercher le poste qui vous le permettra.

Poser les actions pour garder le cap

Profiter d’un regain d’énergie et de motivation pour mettre les choses en place. Ces actions doivent faire sens avec vous, ce que vous désirez pour votre vie et vis-à-vis de votre famille et/ou couple.

Créer les conditions

  • Evacuer ses peurs : aller vers pire, décevoir, échouer, changer ses repères…Voir tout cela du côté positif et faire la balance avec la situation intenable dans laquelle vous risquez de rester,
  • Remédier aux freins : mettre en place les conditions, changer d’environnement, modifier ses habitudes, etc. Si vous recherchez un poste de marin-pompier et que vous habitez le Sahel ; Si vous n’avez plus le permis et que vous êtes chauffeur, vous partez avec un handicap incontestable !!
  • Planifier des actions régulièrement pour rester mobilisé par l’objectif,

(Ex : Prendre, dès à présent, rendez-vous avec le professionnel ou la relation qui peut vous aider dans votre recherche d’emploi. Ce qui vous évitera de vous défausser, plus tard, en cas de baisse d’énergie ou de moral. Découvrir les nouvelles techniques et outils de recherche d’emploi. Se mettre en veille active, avec un CV à jour et un argumentaire maîtrisé. Ainsi, se tenir prêt à toute opportunité pour ne pas avoir à regretter votre manque de réactivité. Se sentir paré à tout moment pour la rencontre qui débouchera sur un rendez-vous professionnel ou une recommandation vers un contact utile).

  • Faire le point sur ce qui a marché et abandonner ce qui ne marche pas. Modéliser ce qui marche,

Quand on désire quelque chose, il n’est pas rare que l’on doive mettre en place des ajustements sur le plan du mental ou du bien- être.

Travailler son mental

  • Adopter une attitude plus positive pour ne pas rester coincé dans le marasme de la situation que l’on cherche à changer,
  • lâcher prise,
  • Travailler sa confiance et estime de soi,
  • Noter les avancées et félicitez-vous !
  • Etre en veille, sans pression mais en vigilance tout de même,
  • Rester à l’écoute des conseils de chacun, par association d’idées vous allez peut-être connaître de grandes révélations !!
  • Faire des ponts avec des situations qui vous semblent très différentes de la vôtre et qui pourtant peuvent être gérées de façon similaire,
  • Gérer son stress et ses émotions car la recherche de changement n’évite pas la peur de l’inconnu ou de se tromper. C’est souvent ce qui produit les baisses d’énergie et de moral ou de motivation.

Distinguer ce que l’on peut changer de ce qui est hors de son contrôle

J’aborde souvent ce détail qui semble entendu. Cependant, il n’est pas rare que l’on ne perçoive pas cette distinction lorsqu’on se trouve en situation. Cela participe à notre sentiment d’impuissance et brouille la direction que l’on doit prendre pour amorcer les changements.

De même que vous devez prendre votre part de responsabilité dans ce qui vous arrive, vous devez comprendre ce qui dépend de vous. Accepter les choses qui ne peuvent pas changer, soient qu’elles font partie de réalités immuables, soit que vous n’avez pas la main dessus malgré toute votre bonne volonté.

Le comportement et la personnalité des autres

Dans les relations de couple, par exemple, où l’on attend de son partenaire qu’il opère des changements dans son comportement. Vous pouvez décider de lâcher prise ou de modifier votre vision des choses. Agir sur votre manière de communiquer ou de vous comporter. Ce sera avec ou sans impact sur lui/elle. Toutefois, il y aura tout de même des résultats, à votre avantage.

Au travail quand on a l’impression de collaborer avec des personnes que l’on juge incapables, pas motivés, ou trop ci ou ça. Vous ne pouvez pas leur demander d’être autrement. En revanche, vous pouvez modifier l’importance à donner à ce phénomène. Etre force de proposition, solidaire, meilleur collègue. Avec ou sans effet. Il y aura tout de même des résultats.

L’environnement et la conjoncture

Enfin, dans sa recherche d’emploi quand on peste contre « les règles du jeu » qui jouent en notre défaveur (la concurrence, les diplômes, le principe de l’intuitu personae…). Vous pouvez choisir de les accepter. Vous contentez de focaliser vos recherches sur ce qui vous ressemble le plus et qui correspond à vos valeurs. Ne pas répondre à tout mais faire des choix. Rester vous-même durant tout le processus de recrutement. Garder en tête qu’il s’agit d’un échange Win-Win car chacun a besoin et donne en contrepartie.

Les lois universelles

Vous avez plus de chance de faire le grand voyage dont vous rêvez en faisant quelques économies plutôt qu’en les dépensant chaque semaine en billets de loto. Et n’en déplaise à la loi de l’attraction : « c’est en forgeant qu’on devient forgeron », « aide-toi, le ciel t’aidera », « la lumière appelle la lumière » !!!

Pour conclure

Sur quoi pouvons-nous agir ? Sur nous-mêmes : nos actions, notre façon d’interférer avec les autres, nos craintes, nos représentations ou nos décisions. Nous pouvons choisir qu’il nous appartient d’amorcer les changements qui impacteront notre réalité. Et les autres, par ricochet, qui sait ? Finalement ce qui rend heureux, c’est l’initiative prise pour aller vers du mieux. A l’inverse, la complainte et l’inaction enferme dans la déprime.

Ce qui est important aussi, c’est la congruence. S’assurer que les modifications que l’on va apporter sont compatibles aussi avec ce que l’on veut pour sa famille, son environnement proche ou son couple. Avoir l’assurance de recevoir le soutien et l’accord de ses proches comptent également pour beaucoup dans la mise en mouvement et la réussite de ses projets. Pour le confort psychologique et la motivation. Et aller dans le même sens que ses valeurs, naturellement.

Aller plus loin

https://fr.wikihow.com/prendre-des-d%C3%A9cisions-difficiles

https://lavieautaquet.com/seance-gratuite-daccompagnement/

Surtout n'hésitez pas à laisser un commentaire !

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :